Les corpos sont violentes

Le plus gros reproche à la partie fut la violence des corpos : les personnages durant la session 0 ont augmenter les comptes à rebours des corporation à un point tel que celles-ci s'occupent à présent de ces empêcheurs de faire des profit tranquillement. J'ai donc joué sur ce que m'avait signalé les joueurs (directives intime) et utilisant la menace des forces de l'ordre (activée par les corpos) pour atteindre leur ressources et leur PNJ.

Cela a fait mouche puisque les joueurs m'ont fait le retour que la partie et l'univers étaient très tendues et que leur perspectives de survie leur semblait réduites. Et que s'attaquer systématiquement aux ressources des personnages leur semblait très dur.

J'ai convenu avec eux que je laissais cet aspect de l'univers sur le coté quelques parties pour m'intéresser à d'autres aspects intéressant. Mais ce n'est que partie remise...

Des prémisses d'exploration différentes.

La majorité des joueurs ont apprécié l'histoire et, malgré les coups du sort, ont trouvé toute l'histoire logique et cohérente. Un joueur était moins enthousiaste notamment parce que le sort était plus taquin avec lui. Il se trouve que ce fut son personnage qui fut moteur de l'histoire et du coup a pris le plus de revers. Cependant, une remarque m'a fait comprendre que nous attendions pas exactement les mêmes choses de la campagne. En effet, que les coups du sort épuisant ses ressources fut vécues comme un acharnement contre les outils qu'il avait pour agir sur l'univers, son agentivité. Leur renouvellement coutaient des Cred et l'enrichissement du personnage était compromis.

Ces remarques ont fait mouche chez moi lorsque je lui ai suggéré que les étiquettes narratives que ces équipements avaient acquises étaient cohérentes pour moi et une réponses aux actions du personnages. Le joueur n'était pas obligé de dépenser tout ses Cred pour tout remettre à zéro. " Oui mais mon !" Et là, je compris que le joueur, malgré le plaisir d'une prémisse narrativiste de la partie, attendait une prémisse ludiste: son personnage et ses équipement n'étaient à altérer qu'avec parcimonie car il cherchaient à gagner sur l'univers avec les moyens du personnage.

Ce fut l'épiphanie : je propose une partie avec des prémisses narrativistes et le joueur s’assoit à la table avec des attentes ludiste. Ce ne peut-être que source de conflit. Je comprends à présent le modèle LNS de la théorie forgienne. Reste à mettre les choses au clair pour que les autres parties soit un plaisir complet pour tous.