The Sprawl, le JdR cyberpunk propulsé par l'Apocalypse

A comme anonymat

Dans une ville de plusieurs centaines de millions de personne, en déambulant dans une mégalopole tentaculaire, nous pouvons ressentir l'immensité de la fourmilière. Comment ne pas se sentir anonyme : protégé ou perdu par celui-là. Une goutte d'eau dans la mer ou un grain de sable...

B comme Black ops

Ce sont les opérations illégales que font réaliser les corporations par des runners dans le cadre d'une guerre économique. C’est le cœur du jeu. Les conséquences d'une opération illégales ratées sont nombreuses : réputation, financières, familiales, judiciaires.

C comme cybernétique

Science des mécanismes autogouvernés et du contrôle (notamment du rétrocontrôle). Tous les personnages auront des implants cybernétiques. Un aspect du jeu à explorer. Il est tellement vaste : retour sensitif vers la personne, apprentissage de son contrôle lors de implantation, réaction de l'organisme (douleurs fantômes, infection à l'interface prothèse-organisme, dérèglement de la prothèse par hyperexcitabilité passagère des neurones), poids de la prothèse en cas de mise hors-service).

D comme droit

Dans une société régentée par des corporations, la seule chose qui reste est le droit (ne serait-ce que pour entraver les actions des concurrents). Hors c'est un domaine complexe dans une société avancée. Une série d'article sur le système judiciaire (la Loi et l'Ordre peut donner beaucoup d’inspirations.

 E comme économie

Tout dans la société à une valeur marchande. Il est important pour les entreprises de comprendre, voire de contrôler l'économie pour augmenter le profit. Elles cherchent uniquement le profit et l'hégémonie commerciale (pour encore plus de profit). Tout action modifiant l'économie (modification légale, création d'un nouveau modèle économique, comme les sociétés coopératives ou le troc, dénonciation médiatique) sera perçue par les sociétés comme une agression directe et réagiront en conséquence.

Fablab à Itmal

F comme Fablab

Lieu de résistance à la société de consommation (Le manifeste du réparateur. Issue du courant culturel anti-capitaliste et anti-consumériste. Cela reste à la franche de la société mais peut faire bien des émules...

G comme gouvernement autoritaire

Je pense que dans un univers cyberpunk, les gouvernements sont autoritaires. C'est une catégorie intermédiaire, entre les gouvernements totalitaires et démocrates. Les différences avec les régimes totalitaires sont les suivantes :

  • absence d'idéologie totalisante et infaillible
  • tolérance vis-à-vis de pouvoirs externes au parti unique sur lesquels ce dernier s'appuie : l'Église, l'armée, le patronat, la bureaucratie...
  • indépendance de certains pans de la vie sociale et économique, non contrôlée complètement par le pouvoir
  • caractère moins systématique de l'extermination violente des opposants.

Les différences avec les démocraties libérales sont les suivantes :

  • absence d'élection réelle (c'est une façade démocratique)
  • refus de l'alternance au pouvoir
  • absence de pluralisme politique
  • limitation des libertés publiques
  • non-respect de l'État de droit1.

 H comme humanité

La robotique et toute les avancées technologiques ont modifié l'homme. L'économie contrôlées par les corporations ne voient plus l'individu que comme un agent économique. Une question à se poser : la société est-elle encore à la dimension de l'homme ? La société est-elle encore humaine ? Quel est le propre de l'homme, en comparaison des animaux, des robots ou de IA ?

I comme identité

C'est ce vers quoi tendent tous les organismes officiels : identifier chacun pour le contrôler, cibler, surveiller. Peut-on être véritablement être anonyme dans la foule dans cette société hautement technologique ?

J comme jetable

Dans une société capitaliste, un objet jetable entretien l'économie (obsolescence programmée). Dans un mode cyberpunk, tout est fait pour être jetable, c'est le temple du consumérisme (employé, produit). Rien ne doit durer longtemps. Hormis les corporations...

K comme kaléidoscope

Une rue commerçante, les journaux, les émissions de télévisions. Tout ressemble à un kaléidoscope pour un individu face à tant de stimulus visuels.

La conurbation de nuit

L comme lumière

Il n'y a pas d'entre deux. La société est lumineuse (arcologie,grande artère de la ville, mode de vie vantée par les publicité) ou alors sombre et loin des regards (secrets industriels, sans abris, black ops de runner pour les corporation).

M comme média

Les média reste une force de contrôle de la société, un contre pouvoir face aux monstres économiques. La communication des corpos dans les médias est importante. C'est une guerre à feu et à sang dans les velours soyeux de la communication publique.

N comme nihilisme

Selon Nietzschee il existe deux sorte de nihilisme :

  • le nihilisme passif : « Nihiliste est l’homme qui juge que le monde tel qu'il est ne devrait pas être, et que le monde tel qu'il devrait être n'existe pas. De ce fait, l’existence (agir, souffrir, vouloir, sentir) n’a aucun sens : de ce fait le pathos du « en vain » est le pathos nihiliste — et une inconséquence du nihiliste ».
  • le nihilisme actif, lorsque les croyances s'effondrent du fait qu'elles sont dépassées. C'est ici un nihilisme des forts qui est une sorte de mue : des valeurs sont abandonnées et d'autres sont adoptées. La volonté du fort n'est pas abattue par l'absurde, mais invente de nouvelles valeurs à sa mesure. Ce nihilisme conduit alors au surhomme, qui est celui qui approuve entièrement le monde du devenir, son caractère changeant et incertain : on peut dire que le surhomme est ce monde, il le vit.

O comme ordre

Dans une société hautement technologique, l'ordre est maintenue par l'état mais aussi des sociétés privées. Il se doit d'être fort en raison des risques d'armes cybernétiques et de la violence des affrontements des corporations. Existe-t-il un brouillage technologique des armes cybernétiques ?

 P comme psychotropes

Il faut au moins ça pour le quidam. Supporter le désespoir quotidien et l'iniquité de la société n'est possible qu'avec des psychotropes voire même des drogues plus fortes.

 Q comme quota

Certaines denrées étant rares, elles sont soumises à des quotas et remplacées par des ersatz. C'est un luxe de manger du poulet fermier. Mais si en plus il est bio...

Les runners en cyberpunk

R comme runner

Mercenaire à la solde des corporation pour des black-ops. Un individu hautement compétent et essentiellement jetable voire même pouvant servir de fusible. Un paria, une sangsue qui ne se trouvent que dans la fange de la société.

S comme secret

Secret commercial, militaire, d'état, privé, scientifique. Le vrai pouvoir est la connaissance des secrets de l'autre.

T comme technologie

La technologie est galopante et ne sert plus véritablement pour le bonheur de l'individu. Dans quelle mesure se sert-elle de l'individu ?

U comme underground

Mouvement de résistance désespérée pour survivre hors des règles émises par les corporations.

V comme verticalité

Les villes ne s'étendent plus en largeur mais en hauteur. En haut, la lumière et les privilèges, en bas, l'obscurité et les parias.

W comme warrant

C'est un terme de commerce qui désigne la garantie qu'offre un commerçant (gage de leur exploitation comme marchandise, part sociale, matériel d'exploitation) afin d'obtenir un crédit.

X comme xénophobie

Comportement encouragé par les corporations pour maintenir une cohésion d'équipe et une protection contre le piratage social d'informations.

Y comme yakuza (et autres mafias)

Dans une société désespérée, en proie à une guerre sans merci entre les corporation, avec un état faible, la pègre et la mafia se développent allègrement.

Z comme zaibatsu

Entreprises qui recouvrent tous les pans de l'économie (Mitsubishi, Google).