Du haut des tours, on évite la saleté des trottoirs, les miasmes des sans-abris voire même de certains employés de la corporation. Lui est différent. Il a su grimper les échelons de la société à force de persévérance. Il est évident que sans une hygiène de vie quasi-militaire, il ne peut y avoir d’ascension sociale. Il fit des sacrifices énormes : pas de loisirs, pas de famille, pas d'ami. Cela a porté ses fruits : seuls comptent les résultats.

Toujours propre, toujours aux aguets, tel un loup. Il croquait ses collègues et pourchassait ses prétendants. Cela avait été dur : il avait acquis le surnom de requin, non sans raison. Mais il goûte enfin le fruit tant désiré. A lui, le loft en haut dans le secteur résidentielle de la Tour, les bons restaurants, les charmantes compagnies, les séjours dans les endroits paradisiaques.

Il ne doit cependant pas ramollir son attention. Il doit lutter à présent pour conserver sa place : endurer pour durer ; ne rien lâcher tant que sa proie bouge encore. Un dernier verre, un petit sommeil et au boulot : encore des économies à faire réaliser à la société pour son plus grand profit personnel.